Saison 1

Episode 7

Un pont traversé

Des mots comme des fenêtres, à la suite de Wajdi Mouawad, « pour fendre la brutalité de cet horizon qui nous entoure ». Pour ne pas entrer dans la folie, pour résister, « hurler sans bruit ». Des mots qui versent comme si la terre penchait, comme le Mékong si cher à Marguerite Duras.

Cette habileté à ruisseler, ce principe d’écoulement se retrouve dans la dégustation qui jette, elle aussi, une passerelle entre une saveur et nous-mêmes. Un exercice qui requiert concentration et abnégation. Pour ne pas glisser vers la facilité, tomber dans le docile et inutile « j’aime, je n’aime pas ». Rechercher l’intention première, la raison d’être. Le pourquoi avant le comment.

Entre Frantisek Kupka, Guy de Maupassant et Henri Bonneau, la même mesure du rythme, de la prosodie ; le ton juste, des parties qui se répondent l’une à l’autre, un jeu de correspondances et de synesthésies. Les grands vins sont ces œuvres d’art tendues vers la symétrie. Où « le rythme réside dans les retours périodiques d’analogies, dans la symétrie des lignes et des limites ».